Vous êtes ici : Accueil Actualités nationales Un chaton trop mignon...

Un chaton trop mignon...

Vous aimez les chats et décidez d'en adopter un.

Après avoir bien réfléchi (coût de la nourriture, coût des vaccins et autres frais vétérinaires en cas de maladie, prise en charge du chat lorsque vous partez en vacances...), vous vous rendez chez un éleveur, à la S.P.A. ou dans un autre refuge agréé. C'est parfait, votre chaton est stérilisé et identifié !

On vous propose plutôt un chaton dans le voisinage. La nichée a-t-elle été stérilisée ? Si le propriétaire n'a pas rempli ses obligations, soyez responsable, pensez à prendre en charge cette intervention chirurgicale (en moyenne 75 euros pour la castration d'un mâle et 130 euros pour la stérilisation d'une femelle).

C'est à partir de l'âge de 6/7 mois que la stérilisation de la femelle pourra être entreprise et idéalement avant toute portée. Chez le mâle, on peut agir à partir du même âge. Renseignez-vous auprès de votre vétérinaire si vous êtes déjà propriétaire d'un chat et n'aviez pas fait la démarche.

La stérilisation/castration, un acte responsable qui ne comporte que des avantages :

  • la pilule offre beaucoup moins de sécurité pour les femelles
  • modification positive du comportement du chat (plus affectueux, plus casanier) et donc diminution des nuisances spécifiques, surtout en période de reproduction (salissures, odeurs, tapage nocturne en raison des bagarres, miaulements plaintifs et aigus des femelles, recherche de nourriture à tout prix...)
  • diminution des infections, maladies contagieuses, parasites (certains transmissibles à l'humain) et de certains cancers
  • moyen de contrôle de la population féline le plus efficace et le plus respectueux
  • bénéfique pour la faune (les oiseaux principalement)

Vers une obligation de stérilisation/castration de tout chat domestique ?

Un plan gouvernemental de stérilisation obligatoire, dont les deux premières phases ont été activées (2012 : pour les refuges et 2014 : pour les chats à donner ou à vendre provenant de particuliers ou d'éleveurs), prévoyait une troisième phase visant à la stérilisation systématique de tout chat domestique. Entre-temps, la compétence du « bien-être animal » s'est régionalisée. Les diverses associations de protection des animaux redemandent aux nouveaux ministres compétents d'étendre la mesure à tous les chats domestiques.

Alors, pourquoi attendre ? La stérilisation relève du bon sens. Il est préférable d'éviter à de petits chatons abandonnés une vie de souffrance ou une mort prématurée.

Pensez aussi à l'identification permanente de votre chat

Vous prenez en charge les coûts de stérilisation/castration. Autant identifier votre chat...

Un projet d'arrêté visant à l'identification et l'enregistrement des chats (base de données similaire à celle des chiens) vient d'être approuvé par le gouvernement wallon... A suivre.

Ce qu'il est interdit de faire

Depuis janvier 2015, les agents constatateurs sont également compétents en matière de protection et de bien-être animal. Les infractions telles l'abandon et la mise à mort d'animaux sont punissables. De plus, l'extermination ne règle pas si facilement le problème car la reproduction féline est exponentielle.

Quelques infos sur les chats errants/abandonnés redevenus sauvages

Ces animaux sont très mal perçus. Il importe pourtant que les propriétaires de chats aient conscience de leur responsabilité dans cette problématique.
Les refuges sont surpeuplés et ne peuvent prendre en charge tous les chats et chatons amenés à leur porte.

Le résultat est catastrophique : des euthanasies par milliers dans les refuges, faute de place et de moyens, alors qu'elle ne devrait être pratiquée qu'en cas de maladie incurable ou de danger pour autrui.

Les chiffres parlent d'eux-mêmes : en moyenne, un couple de chats = 8 chatons/an.

En deux ans = 40 chats. En 5 ans = plusieurs milliers d'individus !

Actions sur le document